SO... Le Journal du Chat aux 14 vies qui se prenait pour Marilyn Monroe

jeudi 29 janvier 2015

Au nom du Père

bastilleter

Il était 14h34, ce samedi 24 janvier 2015.

Déjà longtemps que tu te posais des questions. Nous étions convenus, Arthur Miller et moi-même, que nous laisserions passer ce noël-ci et que si tu reposais une question sur son existence, nous te livrerions la vérité. Ensemble.

Je crois que c'est une affirmation de ta maîtresse qui a eu raison de ta naïveté. "Le Père Noël ne meurt jamais, chaque année il est là pour déposer les cadeaux". Ah mais madame la maîtresse on sait bien à 6 ans que personne ne meurt jamais (à part Jésus qui a résuscité mais ça c'est un autre débat).

Donc, tu as profité d'une promenade avec ton papa ce samedi matin pour lui poser THE question. Arthur Miller a honoré son double engagement. Il a attendu que je sois là pour réaborder la question avec toi ce même samedi, après le déjeuner, pendant la sieste de ta petite soeur. "Tu te souviens Elisa la question que tu m'as posée ce matin ?". Tête étonnée de mon aînée qui fait "non". J'aurais voulu alors que le temps s'arrête et gommé ce samedi matin.

Il était 14h34 quand tu as appris que le Père Noël n'existait pas. La plus émue n'était pas celle que l'on croit. Ta seule préoccupation a été de savoir si nous vous laissions seules, ta soeur et toi, la nuit de la Saint Sylvestre, pour aller acheter tous les cadeaux.

Voilà, il était 14h34 ce samedi 24 janvier 2015 et déjà un de mes bébés enfants ne croyait plus au Père Noël.

Puis dans l'après midi tu as décrété que tu ne croyais pas en Jésus.

Puis dans la nuit, tu as fait une gastro.

Et la vie continue. Sans une petite part de moi abandonnée ce samedi.

Le Chat

Posté par lechat14 à 14:22 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


dimanche 25 janvier 2015

The rainbow monde ?

gateau

1/ Entendu que la banque européenne (?) allait injecter 1 100 milliards d'euros dans l'économie européenne.

2/ Vu à la télé le discours de Najat Vallaud-Belkacem.

3/ Fait ce we mon premier (et dernier ?) rainbow cake.

Le monde s'améliorerait-il ?

Des sous.

Le respect qui revient enfin une question non négociable à l'école.

Moi, ta maman qui pour te faire plaisir et voir tes yeux briller se lance dans une gâteau qui m'a demandé de faire un essai préalable quelques jours avant (et j'ai bien fait) puis de rester 2 heures en cuisine pour réussir ce rainbow cake façon Le Chat.

J'ose croire que cet argent va relancer l'économie. Comme un miracle.
Je suis heureuse que notre ministre de l'éducation nationale soit une femme. Je me réjouis également qu'elle soit maman. Je salue son intelligence, son sang-froid.
Je te remercie ma Grande d'être Toi. D'exister. De me faire grandir.

Mais l'ombre de Bande de Filles vu au cinéma récemment plane sur ces éclaircies. Quel avenir pour ces jeunes des banlieues ? Celle qui veut s'en sortir courageusement, aimer librement, vivre avec espoir est récupérée par la mafia de la drogue/prostitution. Avant de sombrer définitivement dans ce milieu dont on ne revient pas, elle se tourne vers son amoureux, un mec bien, mais capable de ne lui proposer que ce qu'il a, un quotidien qui répéterait inlassablement l'histoire de ces filles sans avenir : le mariage puis les enfants puis le travail de nuit, etc. Je me dis, pour me rassurer, que ça a commencé à merder quand elle a arrêté l'école.

Alors Madame Najat Vallaud-Belkacem, la tâche est lourde mais j'ai confiance.

ps : je suis désolée pour ces derniers billets "engagés", ce n'est vraiment pas mon style, mais ma vie ces derniers jours est enveloppée par cette prise de conscience du monde qui dysfonctionne et qui m'inquiète pour mes filles : la perte de repères fondamentaux, la création d'envies vides, l'overdose d'information vraie/fausse, la présence constante du monde virtuel, la sollicitation permanente du monde extérieur à notre égard via les mails, textos, appels sur portable.
Gérer le progrès. Prendre du recul. Ne pas en devenir esclave. Et prendre conscience de l'importance de l'Art. Dès la maternelle. Pour se nourrir, créer, avoir des motifs de fierté indépendamment de ce monde de la sur-consommation.

Le Chat

Posté par lechat14 à 12:39 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

mardi 20 janvier 2015

Voyage de noces avec ma mère*

Il m'a plu tout de suite ce titre de Véronique Sels : "Voyage de noces avec ma mère".

Il me fait le même effet que cette boite à musique surprise que mon aînée m'a réclamée pendant des mois.
ça commence joliment, avec une petite mélodie sur laquelle se laisser bercer comme l'idée enchanteresse d'un "voyage de noces" qui se prépare puis pouf, la douceur laisse la place, le gros nez rouge surgit, l'éclat de rire en chute, "avec ma mère". Ah ah ah. Impossible d'y être insensible.

S'il y a bien un voyage que je n'ai pas connu c'est bien celui-ci. Ou alors il y a très très longtemps. Si long dans le temps que ma mémoire flanche. Si lent dans le ton que ma mémoire faillit. Même ma mère doit avoir oublié.
Bref.

Le roman de Véronique Sels, lui, est dans ma mémoire pour longtemps. Petites phrases affutées, mâtinées de tendresse, saupoudrées de beaucoup d'humour. La californie, l'amour, le 4ème passager du voyage, la mère, un appareil photo, le gant de toilette... un petit grain de folie pimente chaque page de ce roman qui se mue au fil de l'histoire en farce un tantinet suréaliste, très attachante. J'ai adoré.

Mais derrière ce suréalisme, une réalité : couper le cordon, quand ? Comment ? Pourquoi ? A quel prix ?

Ce voyage est aussi dépaysant et réussi que son titre est incongru.
Zygomatiques ravis. Merci. En ces temps houleux, c'est précieux.

Et vous, que leur offrez-vous à vos zygomatiques en ce moment ?

* Voyage de noces avec ma mère,Calmann-Lévy, 208 pages.

Le Chat

 

Posté par lechat14 à 16:16 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

lundi 12 janvier 2015

Bientôt un monde a l'endroit ?

anni elisa ter{Enfn !
Enfin j'entends à la radio, à la télé, dans les journaux, à côté de moi, des paroles intelligentes.
Enfin, la pensée s'éveille, les consciences sont éclairées.
Enfin, nous avons un Président à sa place.
Puissent les ondes de cet electrochoc changer profondément et durablement le laisser aller de ces dernières années.}

Ce we, j'ai soigné ma petite, malade depuis mercredi.
Ce we j'ai gonflé, accroché, décoré pour te faire plaisir, à toi, ma grande de 6 ans.
Ce we, j'ai reçu. Les beaux-parents, les parents, l'esprit de fête.
Malgré la légère tension qui m'empêchait d'être à tout ce que je faisais.
Ce we, j'ai marché.
Main dans la main avec Arthur Miller.
C'était déraisonnable de le faire à deux.
Pourtant, dès mercredi soir, ma décision était prise.
Pourtant, samedi, nous évoquions le risque que nous faisions courir à notre famille en y allant tous les deux.
Pourtant, je ne nous voyais pas ailleurs dimanche qu'en train de marcher.
Ce we, j'ai eu peur.

Dimanche, au moment du café, j'ai juste glissé à mes parents le nom de la personne à qui je souhaitais confier mes filles si un taré se faisait exploser au milieu de la foule.
Puis j'ai couché ma petite, en lui souhaitant une bonne sieste.
Puis j'ai embrassé ma Star du we, si grande du haut de ses 6 ans "5 ans et 364 jours".
Ces baisers étaient étranges.

Puis j'ai marché.

Parce que si je n'y allais pas, ils gagnaient.
Parce qu'entre laisser un monde libre à mes filles orphelines et leur laisser un monde totalitaire avec leurs parents, j'ai choisi.

Le Chat

 

Posté par lechat14 à 13:55 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

vendredi 9 janvier 2015

Avec quelques heures de retard...

Source AFP - 7 euh non... 9 janvier 2015  - 16h25 : Les imams condamnent les actes de terrorisme

Les imams ont condamné les actes de terrorisme et multiplié les appels au calme et à l’unité républicaine vendredi lors de la prière hebdomadaire dans plusieurs mosquées de France, deux jours après l’attentat contre les journalistes de Charlie Hebdo.

«Nous vivons un moment historiquement triste, tout le monde est bouleversé et ému par la tuerie qui a eu lieu à Paris. En janvier 2006, quand il y a eu les caricatures du prophète Mahomet, nous étions les premiers à condamner ces images et ces caricatures. Mais rien ne peut justifier une telle violence», a déclaré lors de la prière l’imam Belgacem Ben Saïd à la mosquée Assalam de Nantes.

«Après ce drame, on nous signale que des mosquées ont été la cible d’explosions et de tags. Ne répondons pas par la violence mais par la résistance pacifique», a-t-il ajouté.

«Les gens qui ont lancé un assaut au nom de l’islam ne sont pas des musulmans, ne peuvent pas parler au nom des musulmans. Le prophète Mahomet n’a pas prôné la violence contre les non-musulmans. Ces gens (les dessinateurs) nous ont attaqués avec la plume, la réponse (des musulmans) doit être par la plume», a souligné l’imam Abdel Qader Achour, à la mosquée Omar de la rue Jean-Pierre Timbaud, dans le XIe arrondissement de Paris.

«A la caricature, nous répondons par la caricature, par un dessin, à un article de presse par un article, à une interview par une interview. Mais on ne répond pas avec les armes. On ne met pas sur le même plan un dessin et une kalachnikov», a souligné Mustafa Riad, imam de la mosquée de l’Union à Montpellier.

A la mosquée des Sablons au Mans, victime de tirs et de jets de grenades d’exercice jeudi, l’imam s’est interrogé: «Comment peut-on tuer au nom de l’islam?» Il ne faut «pas répondre à la provocation», a-t-il ajouté en référence aux dégradations de la veille.

«En tant qu’humains nous vous demandons de dénoncer tous ces actes criminels. Vous êtes tous Français, vous êtes tous concernés. Nous vous demandons à tous de participer à la manifestation nationale de dimanche», a lancé le président de la Grande mosquée de Strasbourg aux fidèles avant le prêche.

La plupart ont appelé leurs fidèles à participer aux manifestations prévues partout en France et à Paris au cours du week-end.

*****

Pourquoi finalement parle-t-on de religion ? Le feu aux poudres est mis par des "sectaires", pas des croyants. Qu'ils se revendiquent de l'Islam ne fait pas d'eux des musulmans, justes des fanatiques dangereux qu'il faut éradiquer comme n'importe quel membre d'une secte dangereuse pour la société et nos libertés.

Pourquoi cela n'est-il pas dit TOUT SIMPLEMENT et PLUS SOUVENT par TOUT LE MONDE, notamment les représentants officiels des musulmans en France ? Pourquoi des manifestations NOT IN MY NAME n'ont pas été organisées pour montrer que, comme nous, ils refusent ce qui se déroule en leur nom ?

Je le déplore. Je m'interroge.

edit : Suggestion aux grands de ce monde qui nous gouvernent : pourriez-vous svp à l'avenir penser à partager vos listes noires du terrorisme ? Merci pour la Démocratie.

edit 2 : A lire : Lettre ouverte au monde musulman (merci roca)

Le Chat

Posté par lechat14 à 17:09 - - Commentaires [5] - Permalien [#]



jeudi 8 janvier 2015

Deuil international

 

13-655x1080

32-810x1014

42-810x1023

53-810x1038

73-810x1038

 

dernier cadre

 Le Chat

Posté par lechat14 à 20:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

mercredi 7 janvier 2015

Je suis Charlie

Charlie-Hebdo-logo

Est-ce que quelqu'un peut me dire que ce n'est pas vrai ?

********

Ce matin, sur toutes les ondes des radios d'information,
le dernier Houellebecq.
Puis, l'horreur au siège de Charlie Hebdo au nom de la religion.

Est-ce que quelqu'un peut m'expliquer pourquoi la religion occupe
autant
le devant de la scène dans notre état républicain laïque ?

Cette chose privée qui relève du sacré, de l'intime conviction de
chacun au plus profond de son coeur.

Charlie Hebdo n'est pas ma tasse de thé.
Je n'ai jamais été fana du trait de crayon
de ses illustres illustrateurs.

Mais aujourd'hui JE SUIS CHARLIE.

Il est hors de question que des fanatiques façonnent le monde que je vais laisser à mes filles.
Il est hors de question que des fanatiques restreignent la liberté d'expression de notre état républicain.
Il est hors de question que des fanatiques décident pour moi de quoi je vais pouvoir rire.

Je voudrais plus de Collectif.
Je voudrais que ceux qui nous gouvernent nous aident à revenir aux fondamentaux fédérateurs :
liberté, égalité, fraternité.

Ce qui s'est joué aujourd'hui est un défi dont je mesure,
je crois, à peine l'ampleur.

Puissent les sages et les puissants de ce monde le relever avec
intelligence afin que l'Individu vive heureux,
protégé par la force du Collectif.

Le Chat

Posté par lechat14 à 16:51 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

mardi 6 janvier 2015

Intime in time

Opter pour le réconfort de la tradition : les bonnes résolutions.

1/ Vous savez, ces gens qui vous envoient régulièrement un texto pour suggérer un café et qui finalement soit ne répondent jamais aux dates proposées soit décommandent au dernier moment ? Vous voyez ceux dont je parle ? Ben ceux-là, je vais arrêter de leur répondre.

2/ Moins crier (demande expresse de mon aînée) (shame on me)

3/ Être plus souvent infidèle à Picard, et plus fidèle aux livres de recettes (voeu pieux).

4/ Retourner plus souvent dans le Sud, renouer avec ses si beaux paysages, s'imprégner de sa lumière chaude éclaboussante et généreuse.

5/ Maintenir la tendance ascendante de mon business.

6/ Aimer mieux.

7/ M'aimer plus.

8/ Transformer les mercredis en fête. Oui c'est possible. Une idée ici.

9/ Débrider mon écriture.

10/ Aller plus souvent : au théatre, au cinéma, aux concerts, vers les autres.

Puisse cette nouvelle année nous faire apprécier les petites choses de la vie qui nous arrivent et que notre regard, porté avec bienveillance sur elles, illumine nos journées.

Voilà les ami(e)s, ça c'est fait dit écrit. Et vous, s'il n'en falait qu'une de bonne résolution ?

Le Chat

 

Posté par lechat14 à 21:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 23 décembre 2014

LEON

Ayé elle a fini par nous tomber dessus. La magie de noël. Le rouge et le vert ont envahi notre intérieur, religieusement chaque soir pour que les filles en profitent - et moi aussi - j'allume le sapin qui se met à clignoter en rouge. Les petits cadeaux du calendrier de l'Avent traînent ici et là, chaque soir, la suite de l'histoire, qui atteindra son parosxysme demain soir.

J'ai rencontré un avocat.
J'ai rencontré un expert-comptable.
J'ai rencontré un notaire.
On dirait que je grandis.

J'ai pour la troisième fois rencontré un médecin pour ma toux.
J'ai passé des radios.
J'ai fait une prise de sang et un prèlevement.
On dirait que tous ces exams on eu raison de ma toux. ça va mieux, merci.

J'ai gravé des films "en attente de gravure" depuis 2011.
Je me suis rendu compte que mon disque dur externe était cassé.
J'ai sauvegardé mes mails.
On dirait que ça sent la fin de quelque chose.

Cette année je n'ai pas atteint l'objectif que je m'étais fixé en début d'année (redevenir salariée). Mais j'en ai atteint un autre que j'aurais pu me fixer (doubler mon CA) et dont la réussite mérite pourtant qu'on se réjouisse.

Mon copain Léon le Père Noël me dit que c'est con de ne pas savoir s'en réjouir. Mon copain Léon le Père Noël sait bien pourtant que j'en fait des efforts pour voir le verre à moitié plein. Mais que souvent je faillis.

Allez, Léon, verses-en encore un peu dans ma coupette.

*♪♫•*¸❤¸. *♪♫•**♪♫•*¸❤¸. *♪♫•**♪♫•*¸❤¸. *♪♫•*
Tchin-tchin à vous tous pour ces belles fêtes de fin d'année
*♪♫•*¸❤¸. *♪♫•**♪♫•*¸❤¸. *♪♫•*

Le Chat

 

Posté par lechat14 à 15:25 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

mardi 2 décembre 2014

Besoin de n(o)euf

Après avoir bataillé auprès de mes parents afin qu'ils ne conduisent pas sur autoroute (eh oui, le miracle de cet été est déjà oublié), après avoir essayé de convaincre ma soeur d'intervenir (et Dieu sait qu'il fallait que je me retrouve sans ressource pour faire appel à elle qui de toute façon ne m'a été d'aucune aide, faite du même moule qu'eux), après avoir entendu mon père déclarer "les examens démontrent que j'ai besoin d'un pacemaker mais je vais attendre début 2015 pour m'en occuper", après lui avoir fait remarquer que ça serait con de mourir de "ça" alors qu'on vient de lui diagnostiquer que son coeur de battre s'arrêtait (et reprenait... ouf... pour le moment), il a fallu qu'il rencontre/entende son cardiologue pour conscienciser 1/ que l'opération c'était LE PLUS VITE POSSIBLE 2/ la voiture c'était FINI tant que le peacemaker n'était pas posé.

Je vous passe les détails de ma mère qui voulait se barrer voir ses parents la même semaine de l'opération "parce que, tu comprends, c'est prévu depuis longtemps" alors que (j'espère que vous en conviendrez) 1/ ça serait peut-être bien que pour son 1er soir à la maison avec pacemaker mon père ne soit pas seul 2/ faire seule, à 70 ans, 5 heures de route dont 3h sur autoroute, avec une nouvelle voiture dont elle n'est pas familière (ben oui l'ancienne n'a pas résisté à la violence du choc de cet été), en souffrant de raideurs aux cervicales et, cerise sur le gâteau, pour aller dans une région noyée sous les inondations, ça me semble... con.

Extrait du dialogue au téléphone :
"Je n'ai pas besoin de recevoir d'ordre de toi"
"Et moi, tu sais de quoi j'ai besoin ? D'une mère, depuis ma naissance !"

Mon père a donc un pacemaker depuis hier.
Ma mère sera à la maison demain soir quand il rentrera.
Et moi, je continue d'être la mère et le père de toute cette petite famille d'inconscients et d'égoistes qui me fatiguent.

Et à côté de ça, ben... j'ai mes vrais enfants, dont je m'occupe aussi.

Et mes clients, les "adorables" et ceux pour lesquels "tout est un problème", petits mais aussi peu flexibles qu'une multinationale.

La trachéite qui a suivi l'angine est enfin soignée.

L'hiver chasse l'automne.

Noël est partout. Sauf dans ma tête.

Je voudrais de la place pour qu'il s'y installe. Et profiter.

Happy december.

ps : Pour le titre, vous avez le droit de le trouver nul et de me le dire. Je suis au taquet de mes capacités du moment.

Le Chat

 

Posté par lechat14 à 14:14 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

samedi 15 novembre 2014

Pensée de 21h38, vendredi.

{Souvenirs complètement hors sujet de notre we en Baie de Somme}

"Deux couches au-dessus : deux de mes quatre grands-parents sont vivants, mes deux parents sont vivants. Une couche en dessous : la relève est assurée, mes deux filles représentent la génération suivante. Je suis bien au chaud entre ces couches. Privilège. Que se passe-t-il quand un pion rip ? A-t-on froid tout le temps ? Eprouve-t-on encore plus de mélancolie que ce dont je suis en permanence capable ?"

Miossec chantait La Mélancolie et moi je pensais à ça, hier soir au 2ème balcon côté pair du Trianon.

Quelqu'un connaît-t-il l'emplacement du bouton STOP ?

Le Chat

 

 

 

Posté par lechat14 à 20:36 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

jeudi 23 octobre 2014

Fermeture Eclair

Elles viennent de fermer la porte, Arthur Miller avec elles, et je remonte au salon, un peu exténuée, vidée par le début de ces vacances de la Toussaint. J'avais dit OK pour les garder la première semaine mais à une condition : l'aide d'Arthur Miller jeudi pm et vendredi pm. Donc là c'est ma pause. Enfin.

J'arrive au salon et mon premier geste est d'allumer la chaine hifi pour décider du "bruit" que je veux entendre. Fini les "maman, E. m'a mal parlé", "maman, tu peux venir m'essuyer", "maman, il est où mon cahier ?", "mamaaaaaaan ?", etc. Ce sera du Bashung.

Je crois que ces 3 derniers jours j'ai un peu abusé de l'offre culturelle parisienne : atelier Niki de St Phalle au Grand Palais, atelier sur la mode des années 50 au Palais Galiera et atelier sur les Matières au Musée des Arts Décoratifs. Mais peut-être que dans ce magma de nouveaux mots, nouveaux univers, nouvelles découvertes y puiseront-elles pour plus tard ce que j'appelle le "fermeture Eclair de la vie" ?

Arf, je vous vois plisser les yeux derrière votre écran. Arf, j'avais pas prévu de vous parler de ça, moi, aujourd'hui. Voilà ce que c'est de lâcher les vannes. Trois jours et demi que tout est minuté avec les filles et à peine ont-elles le dos tourné que je me retrouve prise à mon propore piège : étonnée de là où je vais quand ce n'est pas plannnfié. Fin de la parenthèse. Je ne l'avais pas ouverte ? Mais si, mais si.

Bref, la "fermeture Eclair de la vie" c'est ce petit truc qui fait qu'on ne décroche pas de la vie, qu'on avance chaque jour, poussé par la curiosité, vers un demain confiant, prometteur. Avoir des passions, la curiosité de la découverte, l'espoir dans l'inconnu, bref, la gourmandise de la vie. Un peu comme ce qui m'a manqué. La "fermeture Eclair de la vie", certains l'ont et restent bien accrochés toute leur vie, d'autres ont leurs deux bandes de tissu serties de dents métalliques endommagées et décrochent un jour ou l'autre (ou sont tentés de décrocher régulièrement).

Sans transition.

Ce matin, au téléphone, un client "y a bien du bruit chez toi ?!". Serrer les dents. Sourire. Se déplacer dans son appartement pour épargner au client ce "bruit" de mes filles qui jouent dans leur chambre.

Travailler de chez soi et garder ses enfants pendant les vacances. Un casse-tête.

Un casse-tête dont la fatigue nerveuse m'a fait penser un moment demander de l'aide à ma belle-mère pour les prochaines vacances. Par texto, ma demande ".... seriez-vous à Paris la 1ère semaine des vacances de Noël car nous souhaiterions éviter aux filles le centre de loisirs et si vous pouvez aller les chercher à un atelier vers midi et déjeuner avec elles ça me laisse 4h environ pour travailler" ? Réponse : "bla-bla, je ne sais je ne connais pas la date des vacances de Noël, bla-bla".

...

Je lui fais manger son calendrier des Postes ou je lui poste un calendrier ?

Bref, prenez soin de votre "fermeture Eclair de la vie", la route est longue.

Le Chat

 

 

 

Posté par lechat14 à 14:25 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

vendredi 26 septembre 2014

Du coq à l'âne

Nous en sommes à 6 maîtresses, pour 2 enfants en 3 semaines.
Zen.
La nouvelle déco de notre chez nous me plaît.
Finalement c'est toi qui as raison,
le vrai luxe c'est l'espace.
Donc exit les babioles inutiles, les petits trucs, les petits machins,
les accumulations.
Le vrai luxe c'est aussi s'affranchir des objets,
même ceux dont on n'imaginerait pas pouvoir vivre sans.
Je l'écris mais ne le mets pas encore complètement en pratique.

Hier, vraie bonne grosse discussion de fond.
C'est difficile parfois,
ça grince,
ça gratte,
là où ça fait mal forcément.
Le vrai amour sont justement ces grincements qui nous font évoluer.
On se frotte et ça glisse pas,
ça coince.
Alors deux solutions : laisser p*sser ("a" ou "i" au choix)
ou prendre la peine de dire,
prendre le risque d'être maladroit,
prendre le risque des mots.

C'est sympa la méditation en pleine conscience (ma lecture du moment)
mais finalement ça me gonfle un peu :
moi j'aime quand ça déménage, quand ça vit, que ça crie.
A quoi ça sert la méditation ?
A excuser la passivité finalement.

Moi, quand un jeune jette un papier devant moi,
je pourrais respirer et compter jusqu'à 5,
mais en fait je préfère réagir dans le seconde
en lui signifiant que son geste n'est pas responsable.

Oui, je sais, moi aussi parfois je me fatigue.

Sinon, what else ? Prêt(e)s pour les photos du big mariage ce we ?
Arf, et dire qu'il se sera fait piquer la primeur par son meilleur pote.

En espérant que vous n'aviez pas prévu de passer quelques jours en amoureux à Venise,
je vous souhaite un bon week-end.

Le Chat

 

Posté par lechat14 à 20:44 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

lundi 15 septembre 2014

Arôme naturel

On est toujours là tu vois Mon Coeur. Mais ça je le savais il y a 10 ans, le jour de notre mariage. Même si parfois on a eu chaud aux fesses. Même si parfois l'odeur de roussi a empesté la maison. Même si parfois nos parts sombres se sont heurtées au point de nous blesser, vraiment. Même si parfois tes compromis ont terni nos vies. Même si parfois mes explosions ont exploré des terres infertiles.

On est toujours là. Plus fort. Plus nombreux aussi. Plus vieux mais plus grands aussi. 

So. On continue. Ad vitam eternam.

Et aujourd'hui tu vois, où je prends le temps de laisser cette trace de nos 10 ans de mariage, aujourd'hui, oui, aujourd'hui, fait extraordinaire, je viens d'entendre sur Canal dans la Nouvelle Edition une bonne nouvelle aux infos. La couche d'ozone se reconstruirait*. Et je ne sais pas si c'est l'âge mais j'y suis fortement sensible.

J'en peux plus de ces mauvaises nouvelles. De ce monde où les valeurs se délitent. Où le mal prend le pouvoir et nous menace. Où l'économie nous oppprime. Où le Medef veut supprimer 2 jours de vacances. Parce que tu vois les jours que nous partageons à 4 sont chers à mes yeux et j'en suis sûre chers aussi à ceux de nos filles. Et je veux pour elles la plus douce des enfances pour leur permettre d'affronter ce fichu monde que nous allons leur laisser et dans lequel seront leurs vies.

Oui je sais j'aurais pu écrire/jouer dans Brèves de Comptoir. Continue de te moquer, ça prouve qu'on est vivants et qu'on s'aime, encore.

Le Chat

* Vous en avez entendu d'autres, vous, des bonnes nouvelles ces derniers temps ?

Posté par lechat14 à 14:23 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

mardi 9 septembre 2014

La rentrée aux 5 maîtresses

J'ai 2 filles. Chacune d'elles a 2 maîtresses pour l'année et, cerise sur la gâteau pour la rentrée, une des officielles du jour ayant été malade, il y a une remplaçante depuis le 2 septembre. Soit au total 5 maîtresses. C'est trop pour moi. Et je ne vous parle même pas pour elles : une me disait qu'elle avait, par semaine, 4 autres classes dans 4 écoles différentes. Petit calcul rapide : 5 fois 28 égal 140, soit 140 prénoms à retenir, 140 visages de maman à mémoriser, plus éventuellement 140 conjoints à identifier. Comment être une maîtresse aux 140 prénoms à retenir ? 140 enfants à connaître, aimer, suivre, surveiller, éduquer, chaque semaine.

Et que dit le Directeur ? Monsieur Le Directeur me dit qu'il n'a aucun pouvoir sur ce point là. Gloups.

{Après le coq, l'âne}

Fidèle à ma culpabilité d'être une mauvaise maman, de mal faire, de ne pas savoir, de ne pas être assez attentive (arf si mon psy lit cela il va me convoquer pour 2 séances par semaine) je continue mes lectures sur l'enfant et j'y lis : "Cet enfermement bourgeois lui confère une protection illusoire car seule l'expérience des risques l'immunise vraiment contre les dangers qui peuvent menacer son intégrité physique*."

Je suis d'accord avec toi Françoise, bien d'accord, je comprends, y a pas de problème mais comment je fais quand ma petite me demande de courir sur le trottoir parisien alors qu'à tout moment peut surgir d'un garage une voiture, débouler un vélo ou une trotinette ou des rollers, se garer une camionette qui estime mal le rebord du trottoir ? Je sais pas Françoise comment faire. Mon coeur balance entre protection et liberté, et c'est un véritable casse-tête, chaque jour.

{Après l'âne, la suite}

Et sinon, vous partez où vous cet été en vacances à la Toussaint ?

Le Chat

* La cause des enfants de Françoise Dolto

Posté par lechat14 à 13:34 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

vendredi 22 août 2014

Trois, pas deux, trois !

Avec son grand-père tranquillement allongé sur une chaise longue dans le jardin, sous le marronnier, alors que nous l'attendions, Margaux dissertait debout, de son 1,02 mètre.

"Dans la vie, il y a 3 choses importantes : être sur terre (certes), avoir une maison (certes bis) et parler à Jésus (sic)".

Puis de courir nous rejoindre au portail, où nous l'attendions pour nous rendre à son cours de piscine, dans laquelle elle aime sauter de l'escalier, sans brassards, sans prévenir, en toute inconscience.

Puisse Jésus (puisque tu as ses coordonnées) veiller sur ta fraîcheur, ma Fille.Le Chat

ps : je sais pas vous, mais, moi, à la place du grand-père, je crois que ma sieste aurait été ruinée.

Posté par lechat14 à 20:26 - - Commentaires [19] - Permalien [#]

jeudi 21 août 2014

I did it

Yes, I did it, 3h16 assise dans le noir, devant un écran géant, à ne pas voir le temps passer, envoutée par le charme de l'acteur principal qui pourtant pourrait être mon père (bon ok si j'avais 10 ans de moins) et la beauté de sa femme dans le film.

Et puis, joli effet miroir de paysages montagneux hallucinants, le lendemain matin j'ai enchaîné avec l'étonnant duo Juliette Binoche/Kristen Stewart. Bon, pour être franche, je n'ai pas compris le sens du message qu'a souhaité communiqué Assayas mais j'ai trop de respect pour le cinéma et tenter la moindre critique. Le visage de Juliette Binoche est juste sublime.

Sinon, avant ces quelques jours exceptionnels de solitude qui me permettent de me gorger de cinéma (les filles sont en Bretagne chez beaux-parents, Arthur Miller en déplacement), les vacances ont joliment rythmé nos vies.

# Elles ont appris à barbotter nager.
# Nous avons levé nos verres.
# Descendu du saucisson des tomates cerise.
# Le soleil breton a daigné nous saluer presque chaque jour.
# Ma peau s'est recouverte d'un léger hâle que je n'avais pas vu depuis de trop nombreuses années.
# J'ai posé sur les petits ongles de mes filles leur 1er vernis mais "parce que c'est les vacances, pas rouge, uniquement orange, et pas trop longtemps".
# J'ai fait la paix avec une personne mais la blessure ne s'efface pas et le warning reste allumé malgré mes efforts.
# J'ai découvert qu'Arthur Miller vivait dans un autre monde. Un monde dans lequel pour faire diminuer un os qui dépasse (hallux valgus...) il existe, pour le faire disparaître, une autre solution que l'opération "rabotage". Mais quand je le questionne sur son idée conceptuelle, il reste flou. Dommage.
# Je voulais écrire une nouvelle, un livre, un essai, une autobiographie, un truc quoi, cet été pour participer à un concours et je ne l'ai pas fait.
# L'idée de cuisiner des cakes et des tartes salés me trotte dans la tête depuis 3 jours. Pour celles qui comme moi sont des quiches en cuisine, la différence entre tarte salée et cake, ce sont les 200 g de farine (merci le net - la farine, pour les cakes bien sûr, cela va sans dire mais cela va mieux en le disant). Pour les autres ingrédients, grosso modo c'est la même chose et notre créativité peut s'exprimer librement.
# Ah et aussi, j'ai fini 1Q84. Bon voilà, i did it aussi mais comme je le présageais, je n'ai pas été emportée par l'univers onirique et fantastique de son auteur.
# En revanche, Le journal intime de Benjamin Lorca m'a tatouée, comme chaque lecture de son auteur, Arnaud Cathrine.

Et vous, vos lectures tatouages de cet été ?Le Chat

Posté par lechat14 à 14:55 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

vendredi 25 juillet 2014

Urgence

Il y a quelques temps, au Grand Palais, une expo photos (oui, un grand ramdam dont le nom m'échappe là tout de suite mais dont le Tout Paris a bruissé). Grâce à une invit, j'ai pu aller déambuler sous la magnifique verrière du Grand Palais (mais comment l'humain fait-il pour créer de si belles choses et créer aussi des horreurs comme la Tour Montparnasse ?!) et mes yeux sont restés hypnoptisés par cette série de photos originales de Marilyn Monroe. Milton Green. Du noir & blanc. Parmi mes photos préférées de la star.

La série de 9 photos, de mémoire, environ 7000 euros.

Depuis grosso modo je les ai gagnés. Mais ils se sont transformés en oeufs, couches (no coment merci, oui, mes filles mettent encore des couches la nuit, non, à cet âge-là on ne parle pas encore d'énurésie, enfin c'est ce que la pédiatre a dit à la maman angoissée que je suis mais là de toute façon j'ai d'autres chats à fouetter pas envie de me lever la nuit pour changer les draps, faute avouée étant à moitié pardonnée, tout va bien), factures, remboursement de prêt, etc.

Donc cette folie ne fut pas pour moi.

Et pourtant, depuis, ça me turlupine.

La vision - aussi inattendue que brutale et triste - du gros turban sur le crane de ma voisine d'en face, maman de deux ados, m'a rappelé combien la vie est courte, fragile, éphémère et que tant qu'on est en vie il nous appartient de SAVOIR nous faire plaisir et investir la vie avec ses jouissances, réjouissances et petits & grands bonheurs quand ils se présentent.

Voilà ce que je nous/vous souhaite pour ces vacances qui se profilent. De profiter. A donf. Maintenant.

Le Chat

Posté par lechat14 à 15:56 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

mardi 15 juillet 2014

Apparence trompeuse

CAM00752.jpg

Voilà pourquoi dans le Top des blogs stylés de L'Express.fr je ne suis pas classée en blog "saveurs". Et ne suis pas prête de l'être un jour, je vous l'accorde.

Et pourtant, contrairement à la réalité que devoile cette photo home-made, ces derniers temps ma fierté vient de mes exploits culinaires. Si si si.

Petit retour en arrière : quand Arthur Miller m'a demandé de vivre avec lui, après que mon cœur a fait boum de joie, mes premières paroles ont été : "ok mais à une condition : que tu acceptes de faire la cuisine à manger".

Il a dit oui. Il a tenu parole. Sans faute. Sans se plaindre. Jamais.

Puis nos filles sont arrivées.

Je n'ose vous avouer à quel âge j'ai arrêté les petits pots et plats préparés pour bébés. Un jour il a pourtant bien fallu que j'arrête sous peine que la ddass (nom qui n'existe plus d'ailleurs) me fasse une lettre recommandée.

Donc un soir je me suis retrouvée avec deux petites bouches à nourrir à 19h et Arthur Miller qui ne rentrait que vers 20h. Je me suis donc mise non pas à la cuisine mais en cuisine, fait exceptionnel pour Arthur Miller qui a coutume de dire que c'est une pièce qui m'est étrangère.

Les événements de ces derniers temps qui ont un tantinet chamboulé ma vie ont aussi déglingué mes plans pour les vacances me plaçant au coeur de 10 jours en solo avec mes filles, dans une maison que je ne connais pas plus que ça, dans une ville que je ne connais pas vraiment, soit l'équivalent de 20 repas pour trois à assurer seule (les petits-déjeuners ne comptant pas, ok).

Et vous savez quoi ?

Je ne suis pas loin d'avoir relevé le défi. Si si si.

Vous reprendrez bien une assiette Melon-Rosette-Coppa-Courgette, spécialité de la Maison ?

Ps : abracadabra, grâce à vos conseils, accents et cédilles apparaissent. Merci.

Ps2 : et puisque je vous tiens, il me reste 4 repas, vous auriez pas quelques idées ? Faciles, hein, vous avez compris le niveau je pense.

Posté par lechat14 à 21:34 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

mercredi 9 juillet 2014

Garçon !

CAM00708.jpg

 J'avais deux idees fixes pour mes vacances :

boire un petit noir au célèbre café rouge et

souhaiter la bienvenue, precisement le 9 juillet,

aux nouveaux lecteurs arrivés ici

grâce à l'interview que L'Express.fr m'a consacre

et dont je suis mega hyper fière.

Voila, missionS reussieS.

Ca peut paraître ridicule mais compte tenu du stress, de l'imprevu

et des ondes émotionnelles qui ont noye mes journées

ces 3 dernières semaines, c'est un exploit d'y être parvenue.

Est-ce que l'un d'entre vous aurait la gentillesse

de me dire ou sont les accents sur ce put*ain d'ip*d ?

Merci...

Quand a mes parents, le temps va faire son oeuvre

et l'automne devrait être meilleur que l'été.

Garcon (les accents et les cédilles svp),

champagne pour tout le monde,

c'est le sort qui régale,

il me doit bien ça.

Croyez-moi.

Tchin !

Edit : arf, cet i*ad et moi on est vraiment fâchés. Je ne sais pas par qu'elle manip j ai fermé les commentaires sur ce billet. Merci a celles et ceux qui m'en ont informée. Vivement que les vacances soient finies et que je retrouve mes bonnes vieilles habitudes et mon ordi fidèle, apprivoise, avec lequel je peux vous montrer de belles photos et placer des accents et des cedilles la ou ça me chante.

Garcon ! Une deuxième tournée pour everybody, à mettre sur la note du voisin, il sera d'accord.

(faut bien qu'aller au Senequier serve à quelque chose)

Posté par lechat14 à 15:36 - - Commentaires [10] - Permalien [#]



Fin »