PAPA_FILLEULE
L'homme de dos, c'est mon père.
L'ange blond qui lui donne la main, ma filleule.

Cette photo raconte une histoire.
Qui m'est très chère. Et me bouleverse.

Celle d'une petite fille de 19 mois qui, du haut de ses quelques centimètres, a réussi, en plein déjeuner familial, à faire lever les 186 centimètres d'un homme de 66 ans, juste en lui tendant la main et en lui faisant comprendre qu'elle avait envie de faire une promenade avec son grand-père, là, maintenant et ici.

L'homme, 66 ans de principes et d'éducation stricte, s'est levé, fier et heureux, et a abandonné le reste de la famille
à ses conversations d'adultes pour suivre
sa petite-fille où bon lui semblerait.

C'était la semaine dernière.

Une scène dont j'ai été le témoin, moi, la fille ainée de cet homme. Moi, qui toute mon enfance, ai souffert du dédain de cet homme pour les enfants. Moi, qui toute ma jeunesse, ai entendu de sa part quand nous passions à table "les enfants, en bout de table, sinon ça dérange tout le monde" alors que je n'avais qu'une envie, c'était me mêler à la conversation des grands.
Moi, qui parfois aurais bien voulu en plein repas familial venir lui parler, lui montrer mes trouvailles, lui raconter si ce que j'avais mangé m'avait plu ou pas. Moi qui n'ai jamais osé. Parce que je savais que c'était vain.

Ma filleule a réussi.

Quand la force de persuasion de l'innocence rencontre
la faiblesse sagesse de l'âge, ça donne un pur moment d'émotion. lechat