A tout moment, depuis le 14 décembre, Malabarette peut arriver et donc,
nous, partir pour la maternité. Quelle étrangeté quand j'y pense.

Nous avons passé hier la première date à laquelle je pensais que Malabarette arriverait. L'anniversaire de ma tante. Sans enfant. L'ainée de ma grand-mère maternelle. Longtemps je me suis identifiée à elle. Et je me disais que, comme elle, je n'aurais peut-être jamais d'enfant.

Mais mon endométriose m'a poussée à chercher et à comprendre l'histoire des femmes de ma famille. Pourquoi mon corps me faisait ce coup-là ? Pourquoi, au creux de mon ventre, les cellules de mon utérus proliféraient en dehors de mon utérus, créant une configuration bancale : beaucoup ici, mais un peu là aussi, et là encore. Comment dès lors un bébé pourrait venir se loger tranquilement au creux de mes entrailles dans un cocon ainsi écartelé ?

Un jour, un homme m'a donné la clé m'apprenant la symbolique de l'endométriose : "Le foyer est ailleurs".

Alors, autour de cette phrase, j'ai cherché. J'ai cherché de quel foyer il s'agissait. J'ai cherché pour qui je créais cet autre foyer. J'ai épluché les possibilités (moi ? ma soeur ? ma mère ? ma tante sans enfant ?), j'ai enquêté sur l'histoire de ma famille. J'ai déniché certains secrets qui de fil en aiguille m'ont conduit à la vérité que j'abritais.

Je suis née en mars. J'ai donc été conçue en juin.
Ma mère est née en juin. Ma mère a donc été conçue en septembre.
Ma grand-mère est née en Septembre. (Je suis prête à parier cher que mon arrière-grand-mère maternelle est née en janvier
mais personne dans ma famille n'a été capable de me renseigner là-dessus
)
A chaque génération, il est question de re-naissance,
comme une nouvelle chance que les femmes de ma famille se donne pour re-naitre autre.

Sans que personne ne lui explique, la petite fille que j'étais a tout compris. Elle a deviné la souffrance de sa grand-mère qui n'a jamais connu son propre foyer et qui a eu, en apparence, une vie si facile.
Une vie facile ? Quand on a passé toute sa vie chez sa belle-mère ? Une vie facile quand c'est cette dernière qui régentait la grande maison ? Une vie facile quand on a été dépossédée de l'éducation de ses 4 propres enfants ? Une vie facile quand belle-soeur et beau-frère débarquaient 6 mois de l'année dans la grande maison ? Une vie facile quand au final son propre mari a toujours pris le partie de sa mère ?

Alors, pour cette femme qui fut un temps une maman de substitution pour moi, j'ai créé un autre petit bout de foyer, rien que pour elle au creux de mes entrailles, multipliant ainsi les cocons.

******

Du jour où j'ai compris -et reconnu- cette souffrance, j'ai été guérie. J'ai pu rendre symboliquement ses valises de tristesse à ma grand-mère et j'ai fait de la place dans mon ventre pour accueillir mon enfant. J'ai été opérée aussi pour cette maladie mais je reste intimement persuadée que si je n'avais pas cherché à comprendre le sens des maux de mon corps en y apportant mes propres mots, mon corps aurait continué sa résistance.

Sur ce, nouvelle tentative pour deviner la date d'arrivée de Malabarette : le 6 janvier. Pourquoi ? C'est la veille des soldes.

source photos ici, découvertes grâce à Adelap.Le_Chat