Well, well, well. La vie suit son cours. C'est étonnant comme c'est en vivant que l'on découvre les bugs de l'existence.

Exemple.

Je passe un IRM. Je donne ma carte vitale. Et là, la secrétaire me dit "désolée, vos droits sont fermés" et la bouche en coeur elle rajoute "vous me devez 400 euros". Mais y a pas de souci, 400 euros, tu penses, une broutille ! D'ailleurs, attends, je les ai en liquide dans mon porte-monnaie. Tiens, tu préfères en petites coupures de 20 ou en grosses coupures de 200 ?

Légèrement en colère, j'appelle donc notre amie la sécurité sociale. Qui me confirme "que mes droits sont bien fermés" et me demande mes bulletins de salaire de février.
Réponse de ma part "Je n'en ai pas puisque mon CDD s'est terminé en décembre et que je me suis installée dès janvier en free-lance".
Pas bornée, la dame me demande donc mes attestations assedics.
"Ben je n'en ai pas non plus puisque je ne suis pas demandeuse d'emploi (Sarko, tu peux me remercier), puisque comme je vous l'explique, je me suis installée en auto-entrepreneuse depuis janvier".
Elle tente donc une autre piste "vous pouvez demander à être rattachée à votre conjoint mais ça prend 6 semaines." Et elle rajoute "mais ça risque de bloquer votre demande d'affiliation au régime des indépendants".
Well, well, well.
Je fais quoi donc pour tous les frais médicaux qui me tombent dessus là maintenant et que je n'ai pas choisis et crois moi que je me serais passée de cette p*tain d'hernie discale ?
"Ben... vous avancez les frais (allô Arthur Miller, tu peux m'aider là, j'ai un petit souci de trésorerie ?) mais ne vous inquiétez pas ils vous seront remboursés rétroactivement".

Et là, la question à 100 000 euros : Et je les avance pendant combien de temps ?

Eh ben vous savez quoi ? Dans le monde merveilleux de l'auto-entreprise personne n'est capable de me renseigner et de me dire quand je vais enfin être officiellement immatriculée. Ni l'Urssaf, ni la RSI, je ne vous parle même pas de l'Insee qui quand je l'informe que je suis "Rédactrice" me classe en "Autres activités artistiques" et qui, quand je lui fais remarquer sa bourde -pas anodine car cela me classe en artisan et pas en profession libérale- me catégorise en "Photocopie et autres soutiens de bureau".

Si si je vous jure.

Et là, ben j'ai baissé les bras. Je me suis juste assurée que j'étais bien classée cette fois-ci en profession libérale.

Donc, bonjour, je me présente à vous "Le Chat, spécialiste en photocopies".

Elle est pas belle la vie ?

Le_Chatps : heureusement Cannes me met à l'honneur et me fait souffler des bougies à l'occasion des 50 ans de ma mort. Etrange comme hommage, non ?