Je viens de recevoir une sacrée patate chaude en pleine poire. Et je ne sais qu'en faire. Pourtant elle m'est incontestablement destinée et pire j'en suis bien la seule destinataire. Elle me brûle les mains et la tête (le coeur ayant depuis longtemps déserté sa fonction, de crainte de s'arrêter prématurément sous les coups de ce qui, dans mon arbre généalogique, me tient lieu de soeur).

Alors je la dépose ici cette patate chaude.

Lundi 2 décembre : Je poste un cadeau pour Célestine ma filleule, sans événement particulier à fêter, juste pour le plaisir de lui faire plaisir. Ma filleule habite à 900 km de moi, et malgré les relations tendues que j'entretiens avec ma soeur, sa mère, j'essaie, tant bien que mal, de maintenir un lien.

Vendredi 7 décembre, 22h34 : Je reçois un mail que je vous livre ici.

"Célestine a ouvert ton colis et a été  très contente, on a programmé ensemble de faire la pâtisserie de son choix.

Par contre, elle m'a tout de suite dit "et mes frères, ils n'ont rien? et les garçons qui étaient là, on dit "et, nous?". Donc, que tu offres un cadeau à Célestine pour sa fête ou son anniversaire ou pour un événement ne la concernant qu'elle  ne me pose aucun souci. En revanche, que pour le plaisir de lui faire plaisir, tu ne lui offres un cadeau qu'à elle, je dis non car c'est un plaisir qu'elle ne peut pas partager avec ses frères. Cela fait plusieurs fois que je te le répète: j'ai 3 enfants et pas seulement Célestine. Célestine grandit, elle comprend beaucoup de choses, elle est sensible, généreuse et est très proche de ses frères et c'est réciproque. Elle n'a pas compris. D'autant plus que pour son anniversaire, tu n'as pas pensé à elle, ses 7 ans,et là, comme un cheveu sur la soupe, tu lui fais un cadeau...

Tu m'as clairement dit dans un mail que tu ne voulais pas de moi dans ton entourage ni dans celui de tes filles et j'ai respecté cela d'où mon absence vis à vis d'elles. A aucun moment, il ne me serait venu à l'idée de faire  un cadeau à l'une et pas à l'autre, hormis un anniversaire ou une fête qui sont personnel.

Donc, désormais, respecte mes choix, respecte chacun de mes 3 enfants et fait preuve d'équité entre mes enfants, toi qui aime tant ce mot...Soit tu penses à tous les 3, soit rien."

*****

Je n'ai changé aucun mot (juste travesti le prénom de ma filleule), aucun n'a été rajouté, aucun n'a été enlevé (oui oui vous pouvez relire le mail, je vous confirme bien que le mot "merci" ni figure pas, ni en acrostiche ni en message codé).

Je réponds ? Je réponds pas ? Il y aurait tellement à dire et finalement si peu.

Vous savez ce qui me chagrine le plus au fond ? C'est la situation de ces 3 enfants. Dépouillés de ce qui fait leur bien le plus cher : leur unicité.

Et comme la vie n'est pas faite de hasard, je lis en ce moment un chouette bouquin (d'ailleurs recommandé par l'une d'entre vous) "Jalousies et rivalités entre frères et soeurs" et ma page est cornée au chapitre "Vouloir donner pareil, c'est donner moins".

Ah ben tiens j'y pense, et si je l'envoyais à ma soeur ?

Qui sait ? La magie de Noël, et patati et patate chaudeta.Le_Chat

 

 

PS : Ne vous méprenez pas, sous couvert d'humour, je suis profondément ébranlée par la réaction de ma soeur. Elle est en train de réussir ce que je tentais désespérement d'éviter : prendre le pouvoir sur la relation qui m'unit à ma filleule et rompre le lien. Mais là je patine, je n'ai pas la solution. Et pour être franche : je suis lasse.

 

PS2 : Désolée pour ce billet fleuve.