Je suis intimement convaincue qu'un visage raconte toute notre vie. Il y a ces visages qui un beau jour décident de se fissurer comme celui de Duras, ceux marqués par les heures de sommeil volées par les soucis, les enfants, les idées noires ou encore trop de soirées festives. Ceux à la peau anciennement grasse qui une fois arrivés à l'âge adulte jouissent enfin de la nature de leur peau : moins de rides, moins de creux, de tiraillements. 

Et puis il y a le mien.  Que je trouve dur. Je vous en ai déjà parlé, je vais pas m'y apensantir.

Il y a 20 ans quand je suis arrivée à Paris, et que je prenais le temps de jouir pleinement de tous les trésors qu'offrait la Capitale à une jeune provinciale, je suis allée me faire maquiller - gratuitement - chez Sue Uemera. Pas vraiment réussie comme expérience (trop orangé, trop chargé pour un maquillage en journée), je me souviens encore de la tête dépitée de mes cops quand j'ai débarqué en amphi. Pas vraiment réussie mais expérience formatrice quand même.

Puis, il y a 10 ans, pour mon mariage civil, je suis allée me faire maquiller, chez MAC. Opération réussie. Mon visage était doux. L'amour. L'espérance. Et tutti quanti.

Aujourd'hui j'ai 40 ans passés (passés de 1 an seulement, hein !!!) et je ne sais plus comment me maquiller. Un cycle se termine, il est temps d'en démarrer un autre. D'ailleurs, pour mon anniversaire, j'ai reçu un bon pour un atelier maquillage.

Cahier des charges : moins d'ombres, 10 minutes chrono, effacer les cernes, masquer les taches, redonner de la douceur, sculpter l'oval.

Je vous tiens au jus.

Oui je sais j'ai des problèmes de riches. Mais bon sans le futile on se noie. Le_Chat

Take care.