{Oui Arthur, ton bouquet pour la fête des mamans était bien plus joli que celui-ci
mais tu m'excuseras j'avais déjà fait le montage photo}

Bon, on fait quoi ? Non pas que j'ai un bronzage à exhiber mais là je voudrais bien remiser au placard mon manteau, mes pulls même fins, mon écharpe bleue.

Non pas que mes pieds sentent mauvais mais je voudrais bien les aérer, exhiber mes orteils vernis, trotter avec mes claquettes.

Non pas que mes filles n'aient plus rien de chaud à se mettre sur le dos (si en fait...), mais je voudrais bien les voir dans leurs jolies robes à pois, à pommes, à bretelles.

Bref, je suis comme vous, j'en ai marre de ce temps pourri. Et j'ai beau avoir une force de caractère du tonerre et une volonté de fer quand je suis vraiment motivée, rien n'y fait. Il n'est possible que de subir. Alors j'apprends à maîtriser l'impuissance. Pas facile facile.

D'ailleurs au quotidien, cet apprentissage est assez récurrent.

SFR qui me promet un smartphone le temps que le mien revienne du SAV. SFR qui me mène en bateau depuis une semaine.

L'experte des assurances qui me file rv à 13h30 et qui à 14h30 est toujours injoignable pour justifier son retard.

L'enfant qui bouge, qui saute, qui court et qui forcément, malgré les recommandations, s'explose la lèvre sur le parquet, se prend une porte coulissante automatique. Ah Margaux et la loi des séries...

Tous ces petits "riens" qui heurtent notre impuissance et qui m'usent à défaut de m'amuser. Et vous votre impuissance quand elle est chatouillée, vous en faites quoi ?Le_Chat