C'était "pas que" un week-end.

C'était 4 nuits.

C'était "pas que" le week-end de Pâques.

C'était nos 10 ans de mariage (avec un peu d'avance).

C'était "pas que" quelques jours de vacances.

C'était nos premières vacances sans nos filles.

Et vous savez quoi ? J'ai pleuré de leur manque. Oh juste un petit coup de blues mais celui-ci je l'avais pas prévu. Ni vu venir. Moi qui depuis leur naissance réclame un temps de pause en tête-à-tête avec Arthur Miller de quelques jours, quelques nuits. Ben voilà, je me découvre maman, jusque dans mes trippes, je découvre ce que cela signifie et qu'on ne maîtrise pas.

Viscéralement maman. Attachée. Droguée d'elles.

(merci Arthur de ne pas avoir pris offense de mes quelques larmes, de les avoir accuillies et comprises).

Ah l'Italie, ses pâtes, sa gouaille, sa mer, son architecture baroque & gothique, ses églises, son soleil, ses couleurs et ses cache-pots en céramique kitchissimes en forme de tête que j'ai oublié de rapporter et que je ne trouve pas à acheter sur le net. Dis Arthur, on peut y retourner ?

Le ChatBuona Pasqua.