{C'est la vue de mon bureau. Et je l'aime.}

Mes RV du jeudi me bousculent. Il va bien falloir que je m'attaque à ce gendarme qui me suit comme une ombre et prend le pouvoir insidieusement sur ma vie. Oui, il va bien falloir parce qu'à trop lui laisser de place il me fait me fourvoyer et les impasses que je choisis pensant avoir trouvé une voie royale pour une paix royale sont finalement animées par les mêmes casseroles que je me trimballe depuis des années (et au fond se trouve le mur). Du pain sur la planche donc.

Visionné hier La Chambre du Fils. Coup de poing émotionnel. Vous savez, de ceux qui vont droit au but, sans chichi, sans manière. Foudroyant de justesse, d'élégance. J'ai aimé ce couple, leur amour, leur complicité, j'ai aimé la famille qu'ils ont su créer, j'ai accompagné de mon impuissance leur deuil et leurs faiblesses, hypnoptisée par la simplicité et la justesse de ce qu'a su créer et filmer Nanni Moretti.

Je sais pas vous mais moi je n'en peux plus de cette famille de Kardashian. Leurs grosses fesses. Leur changement de sexe. Leur vi(d)e. J'en peux plus de cette époque qui fabrique de la célébrité à partir de rien. En revanche ma sensibilité est touchée quand j'apprends la rupture de notre "jeune" BB et de BB qui donc ne feront pas de BB ensemble (je suis au taquet). Mouglalis je l'ai jamais aimée. Surtout depuis depuis l'affiche d'elle tenant un bébé et un flingue.
Fin de l'épisode cancans.

La frénésie de juin s'est abattue sur nous. Mais cette année a priori nous devrions être épargnés de l'accident de voiture de mes parents qui aurait pu leur être mortel sur l'autoroute et de la mise sans dessus dessous de notre appartement pour cause de "repeinturage" intégrale. Relax donc. Et pourtant dans ma tête ça tangue. A la rentrée prochaine, les filles iront dans deux écoles différents aux timings, eux similaires : 8h30-8h40 et 16h30-16h40. Il me reste l'été pour trouver la formule de la potion magique qui me donnera accès au don d'ubiquité.

Ou sinon je vole. Louane sort de ce corps.