On sous-estime trop souvent le pouvoir des rêves. Tout comme les maux du corps, ils nous parlent et nous donnent des indices pour comprendre nos vies, les bons ou mauvais chemins sur lesquels nous sommes.

Mon réveil ce matin fut désagréable. Le temps que ma conscience remonte à la surface et je me suis souvenue d'un songe mi-rêve mi-cauchemar que je venais de faire et qui me laissait un malaise gluant dont je n'arrivais à me défaire. Pourtant c'était pas vraiment un cauchemar puisqu'il n'y avait ni monstre ni sang ni voleur ni incendie. Juste une petite fille dont la mort était annoncée et à laquelle toute ma famille semblait se résigner sans grande tristesse.

La scène se passe dans ma maison d'enfance.

Je ne me sens pas bien mais comme mon entourage ne se rebelle pas pour sauver cette petite fille je suis tentée de me conformer à l'attitude environnante et d'accepter "avec sérénité" cette menace qui plane sur l'enfant.

Je passe cependant la journée à errer en dehors de la maison, à aller de rendez-vous en rendez-vous à la recherche de quelque chose que je ne saurais définir. Je cherche. Quoi je ne sais pas, mais je continue à chercher. Puis en fin de journée, une évidence s'impose à moi : il faut que je trouve un téléphone pour appeler IMMEDIATEMENT ma famille et leur dire qu'IL FAUT SAUVER CETTE PETITE FILLE

Quelqu'un décroche (mon père ? ma mère ? je ne sais plus...), m'écoute et acquiesce assez facilement à ma requête. La petite fille sera sauvée, oui, et tout le monde est soulagé de découvrir cette évidence: il ne faut pas laisser mourir la petite fille car la vie serait trop triste si elle disparaissait.

FIN DU REVE.

N'avaient-ils pas pensé avant mon appel qu'il était possible de sauver cette petite fille ? Avaient-ils besoin que quelqu'un réveille en eux une humanité disparue ? Etait-ce plus simple pour eux d'accepter la fatalité plutôt que de se rebeller ? Je ne sais pas.

Quoi qu'il en soit, et malgré la première impression très désagréable que m'a laissé ce rêve, j'ai finalement découvert son message. Et compris que loin d'être négatif il était au contraire porteur d'espoir. Parce que :
1/ même si je suis longue à la détente, je suis capable de quitter le formatage parental, de m'affirmer, de sortir du rang,  (oui je sais c'est peut-être un détail pour vous... mais pour moi ça veut dire beaucoup ♫♪♫...- copyright France Gall) 
2/ je sauve ENFIN la petite fille que j'étais et que j'avais perdue de vue en grandissant (oui dans ma salle de bains j'ai eu un flash : la petite fille symboliquement me représentait...)
3/ ma requête est finalement acceptée comme un soulagement par tous (la voie est libre, je peux être/devenir moi-même, cela se fera sans heurt...)

A ceux qui se demandent si je suis folle, la réponse est NON. Juste un peu toquée. Mais tellement heureuse d'avoir fait ce rêve.

Et parce que je me rends compte que du coup je n'ai pas de photo pour illustrer ce message et que je sais bien qu'un message sans photo est rébarbatif, je fais un petit clin d'oeil à une bloggeuse qui porte merveilleusement bien son pseudo :

1
Bannière #1
2
Bannière #2
3
Bannière #3
4
Bannière #4
5
Bannière #5
6
Bannière #6
8
Bannière #7

Vous aimez mon rêve mes bannières ?patte_def_grise